Présentation

Le Groupement Interbancaire Monétique de l’Afrique Centrale (GIMAC) a été créé à l’issue de la Réforme institutionnelle du Système Monétique Interbancaire (SMI) de la CEMAC en juin 2012, pour éradiquer le défaut d’interopérabilité entre les banques de la zone CEMAC. Le GIMAC assure des prestations de conseil et d’assistance auprès de ses membres constitués de la cinquantaine de banques de premier ordre de la région autour de la Banque des États de l’Afrique Centrale (BEAC).

Il pourrait également compter les établissements financiers tels que les Micro Finances, les Trésors Publics, les services financiers postaux parmi ses membres. En tant que relais en Afrique centrale des autres réseaux monétiques du monde, le GIMAC assure l’interopérabilité des systèmes de monnaie électronique, des offres de services à valeur ajoutée autour de la dématérialisation des paiements en zone CEMAC.

Gouvernance

Le GIMAC dispose d’un Contrat Constitutif qui stipule que son administration et son fonctionnement sont assurés par (i) l’Assemblée Générale présidée par le Gouverneur de la BEAC, (ii) le Comité de Direction chargé des questions techniques de la monétique au sein du GIMAC et (iii) la Direction Générale qui détient le premier niveau de décisions et orientations.

Cadre Légal

Le GIMAC est un Groupement d’Intérêt Économique constitué de la Banque des États de l’Afrique Centrale (BEAC) et de toutes les banques et institutions financières ou organismes partenaires. Il est régi par (i) les articles 869 à 885 de l’Acte Uniforme de l’OHADA relatifs au droit des sociétés commerciales et du GIE, (ii) le Contrat constitutif et le Règlement Intérieur et (iii) la Convention d’Interbancarité et d’Interopérabilité pour mieux réguler la monétique.

Cadre Légal

Le GROUPEMENT INTERBANCAIRE MONÉTIQUE DE L’AFRIQUE CENTRALE (GIMAC) est un Groupement d’Intérêt Économique constitué de la Banque des États de l’Afrique Centrale (BEAC) et de toutes les banques et institutions financières ou organismes partenaires. Il est régi par (i) les articles 869 à 885 de l’Acte Uniforme de l’OHADA relatifs au droit des sociétés commerciales et du GIE, (ii) le Contrat constitutif et le Règlement Intérieur et (iii) la Convention d’Interbancarité et d’Interopérabilité pour mieux réguler la monétique.

Nos Membres

[at_logo_carousel id=”4976″]